Pourquoi j’ai choisi OpenStreetMap

Il y a 1 an , je me suis engagé dans la communauté OpenStreetMap.

Affiche #map4ebola
Affiche #map4ebola

Pourquoi ai-je choisi OpenStreetmap (OSM) ?

Les données géographiques de qualité contribuent à l’autonomisation des organisations et des communautés à prendre des décisions importantes sur un éventail de thèmes environnementaux, économiques et de gestion de crise. Pour de nombreux endroits dans le monde, ces données sont incomplètes ou n’existent pas du tout.

source New Scientist
source Scientist

Grâce à l’ Open Data ( Commons Open Database License 1.0), OpenStreetMap (OSM) est une carte collaborative libre du monde, où les contributeurs peuvent publiquement ajouter, modifier, partager et utiliser des données. Certes, il existe de nombreuses autres cartes gratuites sur Internet, mais la plupart ont des restrictions légales ou techniques qui empêchent les autres d’utiliser les données librement. Avec OSM, les cartes et les données sous-jacentes peuvent être téléchargés gratuitement par les développeurs ou quiconque veut les utiliser sur le plan commercial. OSM devient alors la meilleure ressource disponible.

Question d'un journaliste

Ce qui m’a poussé vers OSM ce n’est pas son utilisation Commercial, mais plutôt son caractère libre et humanitaire. « L’épidémie d’ Ebola qui a frappé la Guinée en Mars 2014 s’est étendu par la suite au Liberia, Sierra Leone et au Nigeria provoquant au début d’Août 1711 infections et 932 décès. Les organisations humanitaires ont pris des mesures d’urgence pour contenir la propagation de ce virus très contagieux et mortel. Il est alors crucial à ce travail de se déplacer sur le territoire et de localiser rapidement les personnes infectées. Des cartes détaillées et précises de la région sont essentielles, c’est pourquoi des organisations comme MSF, CartONG et la Croix-Rouge travaillent en étroite collaboration avec l’équipe OpenStreetMap humanitaire à coordonner les communautés de cartographes OSM et fournir des cartes pour les humanitaires sur le terrain. »

temoignage sur Openstreetmap

Il y a plusieurs façons de s’impliquer et aider les initiatives de cartographie humanitaire. Tout comme moi, rejoignez donc la communauté des cartographes bénévoles en ligne, même si vous ne vivez pas dans la zone que vous cartographiez ou mieux, apporter une contribution importante avec une connexion Internet et les compétences informatiques de base . Utilisez l’imagerie satellite pour tracer les contours de routes, les structures et les caractéristiques du terrain pour la création de données librement disponibles utilisés pour produire des cartes qui aident la communauté humanitaire et le développement. Vous pouvez aider à Cartographier n’importe quel endroit dans le monde, même si vous n’y êtes jamais allé.

La W.Afate au #3DPRINTSHOW à NewYork,une première pour l’Afrique

Aidez le WoeLab (premier Fablab du Togo) à montrer au monde la technologie de l’Afrique. La  W.Afate est la première imprimante Africaine (made in Togo) fabriquée à partir de Déchets électroniques

En effet le 3DPRINTSHOW (http://3dprintshow.com/) offre pour son édition de New York (3D PRINTSHOW / AFRIQUE / NEW YORK , 12- 16 FEVRIER) , un espace à WoeLab et à son projet d’imprimante 3D W.Afate. Ce sera probablement la seule visibilité pour l’Afrique sur cet événement international, le plus grand dédié aux technologies de l’impression 3D.
Le WoeLab souhaite faire de cette opportunité l’occasion d’une connexion WoeLab – diaspora togolaise aux USA et au delà la diaspora entrepreneur ship africaine dans son ensemble et les initiatives tech en Afrique.

 

Un Togolais crée une imprimante 3D grâce

Un Togolais crée une imprimante 3D grâce à des déchets électroniques

premier objet imprimé
premier objet imprimé
Des unités centrales hors d’usage, des scanners d’occasion, une bonne dose de débrouillardise, voilà ce qu’il a fallu à un géographe togolais pour créer la première imprimante 3D 100% recyclée. Un projet qui permet également de lutter contre les décharges électronique qui pullulent au Togo.
Les imprimantes 3D, qui permettent d’imprimer tout type d’objet par modelage ou par laser, se sont démocratisées à partir de 2012. Un marché qui représente plus de 1,5 milliards d’euros et pourrait s’élever à 6 milliards d’ici 2020. Durant cette période de Noël, plusieurs entreprises occidentales proposent déjà des imprimantes 3D à prix imbattable pour les particuliers.

cliquer pour la suite

Introduction à la langue chinoise

Étudier une langue étrangère n’est jamais facile, cela demande un certain investissement, de la régularité et beaucoup de pratique. Tout ça est encore plus vrai pour le chinois qui est relativement complexe. Apprendre le chinois, c’est se lancer un défi. Partir du bon pied est alors très important. Utiliser une méthode inadaptée ou trop compliquée par exemple aura vite fait de décourager même les personnes les plus motivées.

Ici nous allons utiliser le Pinyin qui est un Système de transcription de la langue chinoise, permettant de romaniser les sons des sinogrammes, et d’indiquer le ton utilisé lors de la prononciation.

exemple:

  • Shanghaï s’écrit 上海 en sinogrammes, et Shànghǎi en pinyin.
  • Le pinyin fut développé en République populaire de Chine.

et ensuite nous évoluerons vers les Sinogrammes.

Pour apprendre à parler le chinois il est nécessaire de passer par l’apprentissage des 4 tons.
En effet, le mandarin est une langue monosyllabique et tonale. Chaque syllabe avec son ton correspond à un sens qui lui est propre. Les quatre tons sont successivement :
– Le ton plat et haut ;
– Le ton montant ;
– Le ton descendant puis remontant ;
– Le ton descendant ;

ces tons sont représentés comme suit :

Image

leurs prononciations http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=ZbZhk23bG08